La télémédecine : une autre manière de soigner

Extrait de l’article : https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-charge-specialisees/telemedecine/article/la-telemedecine

« La télémédecine est une autre manière de soigner, avec les mêmes exigences de qualité et de sécurité que des actes classiques. Elle fait évoluer la médecine pour répondre à des défis tels que le vieillissement de la population ou encore le suivi approfondi des maladies chroniques. Elle est également un vecteur important d’amélioration de l’accès aux soins, en particulier dans les zones fragiles. En effet, elle permet une meilleure prise en charge au plus près du lieu de vie des patients et contribue aux prises en charge coordonnées par les professionnels de santé et les professionnels du secteur médico-social. Elle constitue aussi un facteur d’amélioration de l’efficience et de l’organisation des soins.

Elle permet d’établir un diagnostic, d’assurer, pour un patient à risque, un suivi à visée préventive ou un suivi post-thérapeutique, de requérir un avis spécialisé, de préparer une décision thérapeutique, de prescrire des produits de santé, de prescrire ou de réaliser des prestations ou des actes, ou d’effectuer une surveillance de l’état de santé des patients.

Elle n’a pas pour objectif de remplacer les actes médicaux en présentiel mais elle leur est complémentaire. Elle ne se substitue pas aux pratiques médicales plus habituelles mais constitue une réponse aux défis auxquels est confrontée l’offre de soins aujourd’hui. La télémédecine doit reposer sur un projet médical répondant à des priorités et aux besoins de la population d’un territoire et des professionnels de santé. C’est en ce sens qu’elle s’intègre au sein d’un parcours de soins. »

 

Elle comprends les actes suivants :

La téléconsultation

La téléconsultation permet à un professionnel médical de donner une consultation à distance par l’intermédiaire des technologies de l’information et de la communication. C’est un acte médical et une action synchrone (patient et médecin se parlent). Elle permet au professionnel de santé médical requis de réaliser une évaluation globale du patient, en vue de définir la conduite à tenir à la suite de cette téléconsultation.

La téléexpertise

La téléexpertise permet à un professionnel médical de solliciter à distance l’avis d’un ou de plusieurs professionnels médicaux par l’intermédiaire des technologies de l’information et de la communication. C’est d’abord un acte médical et une action asynchrone (patient et médecin ne se parlent pas). Cela concerne deux médecins pendant ou à distance de la consultation initiale. Cette action ne faisait pas l’objet d’une rémunération jusqu’à présent.

La télésurveillance

La télésurveillance permet à un professionnel médical d’interpréter à distance des données recueillies sur le lieu de vie du patient.

La téléassistance

La téléassistance médicale a pour objet de permettre à un professionnel médical d’assister à distance un autre professionnel de santé au cours de la réalisation d’un acte.

La régulation

La régulation médicale est la réponse médicale apportée dans le cadre de l’activité des centres 15.

Machine Learning et santé

L’intelligence artificielle est en passe de révolutionner le secteur de la santé

« Feriez-vous confiance à un ordinateur pour vous soigner à l’hôpital ou pour remplacer votre médecin généraliste ? Il est probable que vous hésitiez à deux fois avant d’accepter. Pourtant, la santé compte parmi les nombreux secteurs que l’intelligence artificielle s’apprête à transformer. Les diagnostics sont une composante essentielle des soins de santé. Pour prendre en charge un patient efficacement, il est indispensable d’identifier sa maladie avec précision. Or, le Machine Learning de développer de nouvelles méthodes d’identification plus efficaces. »

Qu’est ce que le Machine Learning ?

« Le Machine Learning est une technologie d’intelligence artificielle permettant aux ordinateurs d’apprendre sans avoir été programmés explicitement à cet effet. Pour apprendre et se développer, les ordinateurs ont toutefois besoin de données à analyser et sur lesquelles s’entraîner. De fait, le Big Data est l’essence du Machine Learning, et  c’est la technologie qui permet d’exploiter pleinement le potentiel du Big Data. Cette technique et le Big Data sont interdépendants. Si le Machine Learning ne date pas d’hier, sa définition précise demeure encore confuse pour de nombreuses personnes. Concrètement, il s’agit d’une science moderne permettant de découvrir des patterns et d’effectuer des prédictions à partir de données en se basant sur des statistiques, sur du forage de données, sur la reconnaissances de patterns et sur les analyses prédictives. Les premiers algorithmes sont créés à la fin des années 1950. « 

machine-learning-big-data-essence-768x381

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le Machine Learning est très efficace dans les situations où les insights doivent être découvertes à partir de larges ensembles de données diverses et changeantes, c’est à dire : le Big Data. Pour l’analyse de telles données, il se révèle nettement plus efficace que les méthodes traditionnelles en termes de précision et de vitesse. Par exemple, en se basant sur les informations associées à une transaction comme le montant et la localisation, et sur les données historiques et sociales, le Machine Learning permet de détecter une fraude potentielle en une milliseconde. Ainsi, cette méthode est nettement plus efficace que les méthodes traditionnelles pour l’analyse de données transactionnelles, de données issues des réseaux sociaux ou de plateformes CRM. »

« Les diagnostics sont une composante essentielle des soins de santé. Pour prendre en charge un patient efficacement, il est indispensable d’identifier sa maladie avec précision. Or, le Machine Learning permet de développer de nouvelles méthodes d’identification plus efficaces. »

Quelques applications spécialisées dans le Machine Learning

En 2016, IBM Watson Health et Quest Diagnostics s’associaient pour former Watson Genomics. Ce partenariat a permis de chercher comment intégrer le cognitive computing et le séquençage génomique des tumeurs. De même, Google DeepMind s’est associé avec plusieurs organisations médicales britanniques afin de développer des solutions de diagnostics basées sur le Machine Learning.

On peut aussi évoquer la plateforme PReDicT (P1vital Predicting Response to Depression Treatment) développée par l’université d’Oxford, qui permet de diagnostiquer et de soigner les maladies du cerveau grâce à l’analyse prédictive.

En outre, une équipe de chercheurs du MIT a trouvé comment gagner du temps pour l’analyse d’imagerie médicale grâce au Machine Learning par rapport aux techniques traditionnelles comme les rayons X ou les scans IRM. L’algorithme d’apprentissage automatique qu’ils ont développé est capable d’analyser les images 1000 fois plus rapidement que les humains. De quoi permettre aux médecins d’intervenir beaucoup plus vite.

 

Gérez vos prises de médicaments avec H2H Feelsafe

Suivez ou faites suivre vos prises de médicaments avec H2H Feelsafe

pilules

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’application de santé H2H Feelsafe vous permet de définir facilement une posologie de prise de médicaments pour une période donnée et de vous alerter ou alerter vos proches dans le cas d’un oubli ou d’une prise partielle.

Vous devez juste indiquer les prises déjà effectuées pendant la journée et le système tient compte du reste à prendre. C’est une aide d’autant plus que cela suppose de suivre au quotidien vos prises de médicaments.

Comme indiqué dans l’article de passeport santé (lien ci-dessous), la question liée à la consommation de médicament « soulève un problème majeur de santé publique, puisqu’une mauvaise observance médicamenteuse entraîne des risques chez le patient et représente un certain coût, c’est pourquoi il est important de bien suivre son traitement jusqu’au bout. ».

« Docteur, j’ai peur de suivre un traitement »

« Un traitement médical peut faire peur, surtout lorsqu’il est d’une durée indéterminée, c’est le cas des personnes atteintes de maladies chroniques comme l’hypertension artérielle, les troubles cardio-vasculaires, le diabète… Les réactions du patient face au médicament sont diverses et peuvent également dépendre de la confiance que ce dernier accorde à son médecin. Les effets secondaires, la composition et la fabrication des génériques, les risques d’interactions médicamenteuses, l’acceptation et la compréhension de la maladie sont autant de réalités légitimes auxquelles le patient doit faire face. »

C’est pourquoi il est important de suivre au plus prés les prises de médicaments et d’aider les patients dans cette démarche au quotidien.

https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=bien-suivre-son-traitement-jusquau-bout »

Screenshot_2015-06-14-09-55-35

 

 

 

Suivre les données de santé

Une définition des données de santé

Les données de santé sont toutes les données médicales et/ou relatives aux déterminants généraux de santé, et à la santé d’une personne, d’un groupe de personnes (couple, famille, quartier, ville, région, ethnie, pays, etc.) ou de populations

Comment suivre et partager ses données de santé ?

Tout d’abord il faut être très vigilant sur le partage de ses données de santé qui doit s’accompagner de règles strictes conformes à la réglementation RGPD. En effet les données de santé sont considérées comme des données sensibles par le RGPD, car elles sont censées être protégées par le secret médical. La CNIL est très vigilante à cet égard.

Des hébergeurs agréés se chargent de stocker les données de santé qui peuvent transiter suivants différents canaux . Ces données sont mises à disposition à travers des indicateurs de suivi et des tableaux de bord qui permettent aux patients et aux praticiens de visualiser et analyser les données au fil du temps. Des analyses plus poussées, notamment à travers des systèmes de corrélation, peuvent être mises à disposition pour déceler d’éventuels problèmes.

Illustration-medical-health-and-healthcare

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certaines plateformes mobiles se développent afin de mettre à disposition ces données de santé et permettre un meilleur accompagnement par le personnel de santé.

Certaines applications permettent même de suivre la prise de médicaments, comme c’est le cas par exemple de H2H Feelsafe de la société H2H mobility.

ecran Dossier santé 4 pouces

 

 

 

Santé mobile et connectée, le diabète montre la voie

 

Tous mobinautes santé… ou presque

« 8 diabétiques sur 10 sont équipés en smartphone ou en tablette et plus de 4 sur 10 ont déjà téléchargé une application mobile de santé. Bien évidemment, le taux d’équipement et surtout de multi-équipement varie en fonction de l’âge. Ainsi, les 25 / 34 ans sont 63 % et les 35 / 49 ans 50 % à posséder un smartphone et une tablette. Mais cela ne veut pas dire que les plus âgés ne sont pas encore des technophiles. Pour preuve, 20 % des 80 ans et plus possèdent eux aussi un smartphone et une tablette ! Au-delà de l’équipement, 4 diabétiques sur 10 ont donc déjà téléchargé une application mobile de santé. Dans l’ensemble des autres maladies chroniques (polyarthrite rhumatoïde, hypertension, insuffisance rénale ou cardiaque…), cette proportion n’est que de 1,5 sur 10.

 

La méconnaissance, premier facteur de non-téléchargement…

Pour les diabétiques n’ayant pas téléchargé d’application mobile de santé, la première raison est tout simplement la méconnaissance de ces outils pour 29 % d’entre eux puis le fait de ne pas avoir trouvé l’application qui correspond à leurs attentes (24 %). Pourtant, pour ces mêmes personnes n’ayant pas téléchargé d’application dans leur smartphone ou sur leur tablette, elles seraient plus de la moitié (52 %) prête à en télécharger si leur médecin leur en conseillait une. 27 % si le conseil provient d’une autre personne touchée par la même maladie et 23 % si elle provient d’une association de patients. Pour Catherine Cerisey, Vice-Présidente du Lab e-Santé au titre du collège patients : “Les diabétiques font figure d’ambassadeur de la santé mobile. Ils sont très largement équipés et utilisateurs d’applications mobiles de santé. Pour ceux qui n’ont pas encore téléchargé d’application, on voit que le développement du conseil médical et d’une offre adaptée est nécessaire. En ce sens, la création du Diabète Lab par la Fédération Française des Diabétiques est une excellente nouvelle”.

Des usages pragmatiques qui permettent d’échanger avec le médecin

Bien évidemment, les diabétiques ayant téléchargé des applications mobiles sont encore plus équipés que la moyenne, mais le vrai point intéressant est de voir que leurs usages des applications sont très pragmatiques. 6 sur 10 ont téléchargé un carnet de suivi pour y introduire manuellement ou via leur glucomètre connecté leurs glycémies capillaires et 5 sur 10 utilisent ce type d’application régulièrement. Juste après le carnet de suivi électronique, ce sont les applications pour objet connecté de santé qui sont les plus utilisées. »

Un exemple d’application mobile vous permettant de suivre vos indicateurs de santé et partager ces informations avec vos proches ou votre praticien :H2H Feelsafe produit par H2H mobility.

A bientôt.

 

bracelet montre connectes

 

 

 

Le concept de M-Santé

La M-santé – Qu’est ce que c’est ?

L’utilisation massive du mobile et de la tablette transposé au monde de la E-santé a donné naissance au concept de M-santé ou santé mobile. L’OMS l’a défini comme recouvrant « les pratiques médicales et de santé publique reposant sur des dispositifs mobiles tels que téléphones portables, systèmes de surveillance des patients, assistants numériques personnels et autres appareils sans fil ».

Les enjeux de la M-santé

Les enjeux en matière de M-santé sont multiples et s’articulent autour des thèmes suivants:

  • L’amélioration de  la qualité des soins.
  • La réduction des  coûts de prise en charge.
  • L’intégration dans la dimension préventive des systèmes de santé.
  • L’amélioration de l’accès aux soins dans les pays en voie de développement et les zones de désertification médicale.

L’usage de la M-santé par les médecins

L’utilisation du Smartphone s’est inscrite très rapidement au centre de la pratique quotidienne des médecins. En effet selon l’étude du Lab e-santé, plus de 65% des professionnels de santé déclarent utiliser des applications à des fins professionnels. Cependant ils ne sont que 24% à déclarer que les applications de M-Santé sont devenues « tout à fait incontournables ».

Une offre pléthorique à croissance rapide

Les applications mobiles de santé comprenant au sens large les applications de « bien-être » et celle à vocation médicale ont connues depuis leur apparition sur le marché en 2008 une croissance rapide. Certaines permettent le partage du dossier santé entre référent et patient, comme c’est la cas de la solution H2H Feelsafe créée par H2H mobility. Cette application permet également gratuitement de géolocaliser les personnes à protéger et de gérer des alertes.

PROTECTION CIVILE & BONS SAMARITAINS

PROTECTION CIVILE & BONS SAMARITAINS

Le Bon Samaritain, développé par AEDMAP est un service destiné aux professionnels de l’urgence (Pompiers, SAMU) afin de diminuer le temps écoulé entre la survenue de l’arrêt cardiaque et le début d’une réanimation efficace par l’utilisation de volontaires formés. Cela peut aider à sauver des vies .

Protection-Civile-Paris-2

 

 

 

 

 

 

http://aedmap.online/fr/protection-civile-bons-samaritains/

 

Application d’aide aux personnes : H2H Feelsafe

D’autres application comme H2H Feelsafe de H2H mobility permettent de protéger les personnes que vous aimez. Cette application peut être vue comme un réseau social hyper sécurisé auquel seuls les proches de confiance peuvent accéder. Il permet de prévenir, alerter, géolocaliser,…

Accueil_v2

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.h2h-mobility.com

Suivi des prises de médicaments

Santé : Applications pour aider à mieux suivre son traitement

‘Près d’un patient sur 2 atteint d’une maladie chronique, comme l’asthme ou le diabète, ne suit pas correctement son traitement. La santé connectée s’intéresse de près à ce problème.

Véritable problème de santé publique, la non observance et les erreurs dans la prise des médicaments seraient responsables de 10% des hospitalisations chez les personnes âgées de plus de 70 ans, particulièrement concernées.

Selon une étude réalisée en 2014 par IMS Health-CRIP « Améliorer l’observance : traiter mieux et moins cher », la non observance couterait 9,3 milliards d’euros par an.’

Des applications ont donc été conçues pour aider les patients à mieux respecter leurs traitements et ainsi améliorer leur efficacité, tout en limitant le risque d’oublis et d’erreurs.

Quelques applications existent sur le marché pour parer à tout oubli ou mésusage et se faciliter le quotidien.

Parmi ces applications on peut lister Medissimo (www.medissimo.fr), H2H Feelsafe (www.h2h-mobility.com)Mango Health, MediSafe, OméoMémo.

Pillules

 

Applications pour aider à mieux suivre son traitement

Description du problème

« Près d’un patient sur 2 atteint d’une maladie chronique, comme l’asthme ou le diabète, ne suit pas correctement son traitement. La santé connectée s’intéresse de près à ce problème. Sélection d’applications pour parer à tout oubli ou mésusage et se faciliter le quotidien.

Véritable problème de santé publique, la non observance et les erreurs dans la prise des médicaments seraient responsables de 10% des hospitalisations chez les personnes âgées de plus de 70 ans, particulièrement concernées.

Selon une étude réalisée en 2014 par IMS Health-CRIP « Améliorer l’observance : traiter mieux et moins cher », la non observance couterait 9,3 milliards d’euros par an.

Des applications ont donc été conçues pour aider les patients à mieux respecter leurs traitements et ainsi améliorer leur efficacité, tout en limitant le risque d’oublis et d’erreurs. »

Pillules

L’application mobile H2H Feelsafe

Cette application vous permet de renseigner les différents médicaments à prendre, à quelles périodes de la journée, les doses prescrites. Le patient mais également les aidants (famille, proches, aides soignants) seront alertés si la prise n’a pas été faite et renseignée. Vous pouvez également être notifié sur votre montre connectée (image ci-dessous).

Cette application vous permet également de géolocaliser les personnes, de suivre et partager les indicateurs de santé,…

huawei ecran 3

 

 

 

 

 

 

Screenshot_2015-06-14-09-55-35

 

La fragilité dans le grand âge

La notion de fragilité

« Voici plusieurs décennies déjà, la notion de fragilité est apparue dans la réflexion médicale, mais la littérature scientifique qui lui est consacrée se développe surtout depuis les années 1990 (Hogan et al., 2003). Initialement étudiée par la recherche bio-médicale, la fragilité est devenue l’objet central de nombreuses discussions aussi dans les sciences sociales. Malgré la multiplication de travaux sur la question, il n’existe pas, à ce jour, de définition consensuelle de la fragilité. Le terme de fragilité est encore souvent employé abusivement pour désigner un problème spécifique de santé physique ou mentale (maladies chroniques ou graves, dépression, affaiblissement cognitif), des besoins particuliers d’une catégorie de la population âgée (institutionnalisation, besoin d’aide formelle ou informelle, dépendance envers autrui dans l’accomplissement des activités de la vie quotidienne) ou encore comme synonyme de vieillissement (Strawbridge et al., 1998).

Certaines études se rejoignent néanmoins dans la définition qu’elles donnent de la fragilité. Celle-ci correspondrait à une forme de « vulnérabilité » aux défis de l’environnement (Fretwell, 1994; Strawbridge et al., 1998), à une perte de résilience qui altère la capacité de l’individu à préserver un équilibre donné avec son environnement – « équilibre précaire facilement rompu » – mais aussi de rétablir cet équilibre quand il est affecté (Rockwood, 1997). Hamerman (1999) parle d’« homéostasie qui s’altère suite à des stress multiples ».

Cette vulnérabilité ou faiblesse générale se manifeste selon ces auteurs par un ensemble de symptômes touchant divers domaines de la santé. La fragilité pourrait donc être définie comme une notion multidimensionnelle. Les études adoptant cette définition multidimensionnelle identifient les symptômes de la fragilité dans différents domaines tels que la santé physique ou cognitive, l’état nutritionnel, le métabolisme énergétique (Fried et al., 2001; Lebel et al., 1999; Mitnintski et al., 2002). A ces dimensions, Strawbridge et al. (1998) ajoutent le domaine sensoriel dans lequel les symptômes de la fragilité sont également à identifier. Quant à Guralnik et Simonsick (1993), ils conceptualisent la fragilité par la combinaison d’atteintes physiques, cognitives, sensorielles, de troubles émotionnels et d’isolement social. De ce fait, en définissant la fragilité par des déficiences touchant plusieurs domaines de la santé, ces auteurs distinguent la fragilité des problèmes spécifiques de santé tels que les incapacités fonctionnelles. »

aRisque de dépendance accrue

« La fragilité se caractérisant par un risque d’aggravation de l’état de santé et d’entrée dans la dépendance, par un risque accru de chutes, de pathologies en cascade, menant à l’hospitalisation puis au décès (Bortz, 2002), nous chercherons à démontrer que les personnes distinguées comme fragiles par l’indicateur de fragilité construit précédemment sont effectivement plus à risque que les personnes non fragiles. Pour ce faire, nous distinguerons l’état de fragilité de celui d’incapacité fonctionnelle, lequel a été déjà largement documenté comme une situation à risque. «