Stratégie de digitalisation adoptée par les établissements de santé

 

Illustration-medical-health-and-healthcare

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Introduction

« Rapports, demandes d’admission, questionnaires médicaux… Autant de documents papier que les personnels de santé doivent gérer quotidiennement. Face aux contraintes légales qui imposent la conservation des dossiers médicaux, la dématérialisation devient un vrai challenge pour les CHU comme pour les maisons de retraites, les EHPAD ou les associations de santé. La digitalisation des établissements de santé devient une nécessité. »

Dématérialiser la gestion des dossiers du personnel de santé

Premier enjeu pour les établissements de santé : gérer en mode digital les dossiers du personnel de santé. Avec une application mobile telle que celle proposée par H2H mobility (application H2H Feelsafe) ou l’application d’Orange Open Bee, il est possible de conserver l’ensemble des pièces constituant le dossier du personnel : CV, entretiens annuels, comptes rendus de visite, fiches de paie dématérialisées, contrats de travail, etc.

Stratégie de digitalisation pour assurer la gestion du dossier des patients

« L’autre enjeu consiste à dématérialiser la gestion des dossiers patients. Face à la multitude de documents papier associée à la gestion des patients dans les structures de santé, il est possible de classer toutes les informations des résidents dans une seule et même application mobile : questionnaires d’entrée, certificats médicaux, fiches de pension, cartes d’invalidité, questionnaires relatifs à la famille…  » C’est le cas de H2H Feelsafe, vous permettant de partager ces information de façàn sécurisée. Un gain de temps et une garantie de sécurité et de conservation pour les établissements de santé, d’autant plus que comme, c’est la cas pour l’application Open Bee d’Orange, elle est certifiée NF Logiciel composant coffre-fort numérique, attestant de sa conformité avec les exigences issues de la norme NF Z42-020 qui détaille les spécifications pour que celui-ci garantisse l’intégrité dans le temps des informations numériques qu’il conserve. »

« L’accès des patients à leurs dossiers est par voie de conséquence également grandement facilité puisqu’ils peuvent y accéder à distance simplement, en s’affranchissant des coûts de reproduction et d’envoi (comme prévu dans le Code de la Santé Publique). »

 

 

Qu’est-ce que la sophrologie ?

Définition

« La sophrologie est une méthode psychocorporelle utilisée comme technique thérapeutique ou vécue comme une philosophie de vie. Elle a été conçue par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo et est inspirée de techniques occidentales comme orientales. Le terme SOPHROLOGIE, inspiré du grec ancien*, signifie étude de l’harmonisation de la conscience. »

« Méthode exclusivement verbale et non tactile, la sophrologie emploie un ensemble de techniques qui vont à la fois agir sur le corps et sur le mental. Elle combine des exercices qui travaillent à la fois sur la respiration, la décontraction musculaire et l’imagerie mentale (ou visualisation). Toutes ces techniques permettent de retrouver un état de bien-être et d’activer tout son potentiel. La sophrologie permet d’acquérir une meilleure connaissance de soi et d’affronter les défis du quotidien avec sérénité. »

*sôs : harmonieux; phren : l’esprit; logos : science

L’origine de la méthode

« Les inspirations de la sophrologie sont multiples et son fondateur a puisé dans des techniques qui existaient déjà dans les années 60. Du côté des techniques occidentales qui ont inspiré la sophrologie, on retrouve l’hypnose ainsi que les techniques de relaxation et de suggestion positive, comme la méthode Coué. Alfonso Cayceo s’est également enrichi lors de ses voyages en Orient de méthodes orientales comme la méditation, le yoga et le zen. Il a fait de cette technique un véritable carrefour entre l’Orient et l’Occident.

A partir de toutes ces inspirations, son fondateur a créé une méthode unique et a codifié un ensemble d’exercices de façon très claire et précise. Il a défini des exercices de relaxation dynamique qui sont des mouvements doux associés à la respiration et a mis au point des sophronisations qui sont des visualisations guidées par la voix du sophrologue.

Aujourd’hui, tous les sophrologues possèdent la même boite à outils qu’ils mettent à disposition de leurs clients pour répondre à leurs différents besoins. »

Sophrologie

Suivre les données de santé

Une définition des données de santé

Les données de santé sont toutes les données médicales et/ou relatives aux déterminants généraux de santé, et à la santé d’une personne, d’un groupe de personnes (couple, famille, quartier, ville, région, ethnie, pays, etc.) ou de populations

Comment suivre et partager ses données de santé ?

Tout d’abord il faut être très vigilant sur le partage de ses données de santé qui doit s’accompagner de règles strictes conformes à la réglementation RGPD. En effet les données de santé sont considérées comme des données sensibles par le RGPD, car elles sont censées être protégées par le secret médical. La CNIL est très vigilante à cet égard.

Des hébergeurs agréés se chargent de stocker les données de santé qui peuvent transiter suivants différents canaux . Ces données sont mises à disposition à travers des indicateurs de suivi et des tableaux de bord qui permettent aux patients et aux praticiens de visualiser et analyser les données au fil du temps. Des analyses plus poussées, notamment à travers des systèmes de corrélation, peuvent être mises à disposition pour déceler d’éventuels problèmes.

Illustration-medical-health-and-healthcare

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certaines plateformes mobiles se développent afin de mettre à disposition ces données de santé et permettre un meilleur accompagnement par le personnel de santé.

Certaines applications permettent même de suivre la prise de médicaments, comme c’est le cas par exemple de H2H Feelsafe de la société H2H mobility.

ecran Dossier santé 4 pouces

 

 

 

Diabète, tension, sommeil : les applis santé sur smartphone

Suivre les indicateurs santé de chez soi

Suivre l’évolution de sa tension ou de son taux de glycémie de chez soi, trouver en un clic des conseils pour contrôler son diabète ou améliorer son sommeil… 

Certaines applications permettent de suivre ses propres indicateurs de santé et de les partager  avec un praticien, ou ses proches. C’est la cas par exemple de l’application H2H Feelsafe de H2H mobility.

ecran Dossier santé 4 pouces

« Il existerait à ce jour près de 800 applications dans le domaine de la santé en français.

Pour chercher l’appli qui vous intéresse, il suffit d’aller sur App Store (sur iPhone ou iPad) ou sur Play Store (sur Androïd) et de taper son nom dans « Recherche ».

Les applications se téléchargent en quelques secondes. Des mises à jour sont régulièrement proposées. Vous pouvez aussi les supprimer à tout moment. La plupart sont gratuites et lorsqu’elles sont payantes, elles ne coûtent que quelques euros. »

Quels sont les critères à vérifier pour trouver la bonne application

Quelques critères permettent de différencier les applications disponibles :

  • l’intérêt,
  • la fiabilité,
  • l’ergonomie,
  • le rapport qualité/prix

Les applis santé utiles pour tous

  • Vidal du voyageur : Quel vaccin faut-il faire avant de partir, quelles parades trouver contre le paludisme, quels sont les risques sanitaires dans telle région ?
  • Top des médocs : Plus de 100 situations d’automédication et les médicaments sans ordonnance appropriés, avec les conseils du pharmacien, une note efficacité/tolérance, les prix et les mises en garde. 1,79 € sur iPhone.
  • Urgences : Comment alerter, protéger et secourir dans toutes les situations d’urgence (incendie, électrocution, accident de la route…). Gratuit sur iPhone.
  • Arrêt cardiaque : Pour localiser un ­défibrillateur à proximité, apprendre à l’utiliser et à faire un massage cardiaque grâce à des vidéos.
  • Testez votre vue : Pour dépister les troubles de l’accommodation (myopie, hypermétropie, astigmatisme) et les altérations de la vision des couleurs (daltonisme). Gratuit sur iPhone.

Violences faites aux femmes : les différentes formes de violences

Les violences conjugales revêtent des formes multiples qui permettent à l’agresseur d’adapter ses stratégies de contrôle

« Les formes de violence qu’il utilisera peuvent se cumuler, s’imbriquer selon l’environnement et les réactions de sa partenaire. Ces violences sont punissables par la loi et peuvent faire l’objet d’un certificat médical descriptif avec définition d’une Incapacité Temporaire de Travail. Ce document est essentiel dans le parcours judiciaire de la victime. »

Étendre les moyens de lutte contre la violence

Mais on se rend compte que le nombre de violences et de décès suite à ces violences ne décroit pas, c’est même plutôt l’inverse. Il faut donc réagir en permettant une plus grande anticipation face à ces violences, et une plus grande réactivité. C’est pourquoi tout ce qui peut être mis en oeuvre pour éviter au maximum ces violences doit l’être : Numéro d’urgence, cellules d’accueil, plus de sévérité dans les peines encourues pour les personnes violentes, plateforme numérique d’alerte (par exemple la solution H2H Feelsafe permettant d’alerter ses proches, ses voisins par un simple presse bouton),…

Les enfants sont aussi victimes

Sans parler des agressions diverses que peuvent subir les enfants dans le cercle familial, et sur lesquelles il faut également bien entendu fortement lutter , ceux-ci subissent également de plein fouet les agressions envers un de ses parents, le plus souvent envers leur mère par leur père. Cette violence double car également psychologique est insupportable.

La comédienne Murielle Robin interpelle le chef de l’État et dénonce un « silence assourdissant » autour des violences faites aux femmes

Dans un manifeste signé par 87 personnalités et publié dans le Journal du dimanche, Muriel Robin interpelle Emmanuel Macron sur les violences faites aux femmes. Les signataires pointent le « silence assourdissant » autour de ce sujet de société, pourtant déclaré « grande cause nationale » pour l’année 2018 par le gouvernement, et font plusieurs propositions concrètes pour sauver « celles qui sont encore vivantes ».

« Tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou de son ancien conjoint. [...] Ces femmes ne sont pas des inconnues : ce sont nos mères, nos filles, nos amies, nos voisines ». L’appel au chef de l’État, signé notamment par Maïwenn, Stéphane Bern, Vanessa Paradis, Mathilde Seigner, Line Renaud ou encore Claude Chirac, rappelle que « des lois existent », mais que « leur application est inégale. « Des initiatives sont développées, mais leur déploiement repose trop souvent sur l’implication de quelques-uns ».

 

Santé : les risques pendant une canicule

Santé: que faire et ne pas faire lors d’une canicule?

 « La canicule donne lieu à une multitude de recommandations pour préserver sa santé, des plus classiques, comme d’éviter de sortir dans l’après-midi, aux moins évidentes comme de ne pas manipuler de substances polluantes. Il convient de mettre l’accent sur la prévention avant une vague de chaleur: s’assurer qu’on a des volets, stores ou persiennes qui ferment, des ventilateurs qui fonctionnent, et des pains de glace et glaçons dans le congélateur.

Deux questions à se poser: « Sur qui pourrai-je compter? Qui pourrai-je aider?« . »

Pour cela des applications mobiles comme H2H Feelsafe de H2H mobility vous permettent d’être en contact avec vos proches et d’être prévenu (ou prévenir) en cas d’indisposition. Cela permet d’anticiper d’éventuels malaises ou autres soucis de santé importants.

Icon bouton d'alerte

e-Santé ou m-Santé ?

Extrait de l’article http://lecardiologue.com/2014/04/01/e-sante-ou-m-sante/

e-Santé ou eHealth

« Le terme d’e-Santé désigne tous les aspects numériques touchant de près ou de loin la santé. Cela correspond à du contenu numérique lié à la santé, appelé également la santé électronique ou télésanté.

Cela concerne des domaines comme la télémédecine, la prévention, le maintien à domicile, le suivi d’une maladie chronique à distance (diabète, hypertension, insuffisance cardiaque …), les dossiers médicaux électroniques ainsi que les applications et la domotique, en passant même par la création de textiles intelligents.

La e-santé apparaît de plus en plus comme la solution à mettre en place pour palier aux difficultés de notre système de soins qui est confronté aujourd’hui à plusieurs défis majeurs :

– vieillissement de la population,

– gestion de la dépendance,

– accès universel à une prise en charge de qualité,

– accroissement significatif des dépenses,

– explosion des maladies chroniques,

– évolution de la démographie médicale qui menace l’accès égalitaire aux soins. »

m-Santé ou mHealth

« Il s’agit de tous les services touchant de près ou de loin à la santé disponibles en permanence via un appareil mobile connecté à un réseau (smartphones ou tablettes).
En d’autres termes, on peut dire également que la m-Santé est l’e-Santé accessible avec un téléphone mobile ou un tablette.

La Fondation des Nations-Unies a organisé la définition de la m-Santé avec les six catégories d’applications dans le domaine de la santé mobile :

– éducation et sensibilisation,

– téléassistance,

– diagnostic et traitement de soutien,

– communication et formation pour les professionnels de santé,

– maladie et le suivi d’une épidémie,

– surveillance et la collecte de données à distance. »

Le concept de M-Santé

La M-santé – Qu’est ce que c’est ?

L’utilisation massive du mobile et de la tablette transposé au monde de la E-santé a donné naissance au concept de M-santé ou santé mobile. L’OMS l’a défini comme recouvrant « les pratiques médicales et de santé publique reposant sur des dispositifs mobiles tels que téléphones portables, systèmes de surveillance des patients, assistants numériques personnels et autres appareils sans fil ».

Les enjeux de la M-santé

Les enjeux en matière de M-santé sont multiples et s’articulent autour des thèmes suivants:

  • L’amélioration de  la qualité des soins.
  • La réduction des  coûts de prise en charge.
  • L’intégration dans la dimension préventive des systèmes de santé.
  • L’amélioration de l’accès aux soins dans les pays en voie de développement et les zones de désertification médicale.

L’usage de la M-santé par les médecins

L’utilisation du Smartphone s’est inscrite très rapidement au centre de la pratique quotidienne des médecins. En effet selon l’étude du Lab e-santé, plus de 65% des professionnels de santé déclarent utiliser des applications à des fins professionnels. Cependant ils ne sont que 24% à déclarer que les applications de M-Santé sont devenues « tout à fait incontournables ».

Une offre pléthorique à croissance rapide

Les applications mobiles de santé comprenant au sens large les applications de « bien-être » et celle à vocation médicale ont connues depuis leur apparition sur le marché en 2008 une croissance rapide. Certaines permettent le partage du dossier santé entre référent et patient, comme c’est la cas de la solution H2H Feelsafe créée par H2H mobility. Cette application permet également gratuitement de géolocaliser les personnes à protéger et de gérer des alertes.

Comment prévenir toutes sortes d’agressions ?

« De nombreuses entreprises ou même individus utilisent les nouvelles technologies pour prévenir toutes sortes d’agressions. Objets connectés et smartphones, en tête. (*)

« En France, on enregistre une plainte pour viol toutes les 40 minutes selon une enquete publiée par Le Figaro. Profitant de solutions technologiques, des dispositifs ont vu le jour pour à la fois protéger les potentielles victimes, mais aussi pour faire fuir leurs agresseurs. Des sous-vêtements au jeans “intelligents”, en passant par le vernis à ongles détecteur de GHB et différents wearables dont nous parlions en juillet, les gadgets « anti-agressions » sont donc désormais nombreux.

Toutefois, deux types de technologies se démarquent : les (petits) objets connectés et les applications sur smartphone. Transportables, connectées et géolocalisables, ces initiatives permettent de se sentir en sécurité mais ne résout toutefois pas tous les problèmes.

Des applications « ange-gardien »

Parmi les objets connectés, une start-up américaine a mis au point un spray au poivre doté d’un appareil photo. Baptisé « The Defender », ce dispositif permet de photographier son agresseur avant de lui projeter une dose de lacrymogène dans les yeux et d’émettre une alarme assourdissante. Connectée à un smartphone, cette application est en mesure de localiser son utilisateur rapidement grâce au GPS.  »

Parmi les applications, H2H Feeelsafe créée par la société française H2H mobility permet d’alerter ses proches en cas de danger en utilisant son smartphone. « Crée par des étudiants américains, l’application Companionassure les déplacements des étudiantes sur les campus la nuit. Elle peut détecter les signes d’un éventuel danger si le portable est secoué, si les écouteurs sont arrachés ou si l’utilisateur court ou dévie de son chemin. En cas d’absence de réponse au bout de 15 secondes, l’application envoie un message d’alerte aux contacts sélectionnés. Pourtant entre le vol ou l’agression, Companion ne fait pas encore de différences.

La prévention, principale arme de défense

Les applications pour la sécurité des femmes connaissent d’ailleurs un tel succès puisqu’elles ont été téléchargées des centaines de milliers de fois, notamment aux États-Unis et dans certains pays européens (Danemark, Allemagne). Pour Nicolas Desachy, créateur de « Gaspard », ce sont de « bonnes initiatives face à une société qui a tendance à tendre vers un climat anxiogène ». Pourtant, il n’existe pas encore de « systèmes émergents pouvant assurer une sécurité optimale » face aux agressions ou harcèlements de rue.

Des applications qui géolocalisent mais qui ne permettent pas de suivre à la trace son utilisateur. En effet, si la fonction GPS qui peut rassurer certaines personnes, tout comme la mise en relation directe avec la police, celles-ci doivent être activées pour suivre les faits et gestes d’un individu. »

 

(*)Reprise de l’article https://atelier.bnpparibas/smart-city/article/applications-objets-connectes-aident-lutte-contre-agressions

 

H2H Feelsafe : Une application pour lutter contre les violences faites aux femmes

Une application permet à ses utilisatrices d’envoyer un message d’alerte en cas de danger. Un projet conçu dans l’idée de lutter contre les violences faites aux femmes

H2H Feelsafe est le genre d’application gratuite qui peut sauver des vies et alerter en cas de danger dans des situations critiques. En cas de tentative de viol ou d’agression, la femme peut envoyer une alerte ‘rouge’ à partir de l’application pour alerter ses proches. Cette alerte transite via différents canaux. Elle peut aussi anticiper si elle sent quelque chose qui n’est pas normal en envoyant un signal ‘orange’ et un message.

Question à H2H mobility, la société ayant conçue cette application

Comment pensez vous pouvoir être encore plus efficace dans cette démarche de protéger les personnes ?

H2H mobility : Notre objectif est de permettre à toute personne se sentant en difficulté (y compris un enfant, une personne âgées) d’avertir ses proches, à n’importe quel moment. Mais pour que cela soit suivi d’effet, il faut que l’alerte soit relayée efficacement. Aussi nous réfléchissons à des alternatives permettant de relayer et d’agir plus efficacement lors de l’envoi d »une alerte. Nous pouvons par exemple proposer gratuitement l’application à des taxis, ou des commerces de proximité. Contactez nous si cela vous intéresse !

 

ecran Alerte protégé 3.5 pouces