La médecine préventive

Médecine préventive

Les objets connectés liés à la santé, très en vogue dans la Silicon Valley, contribuent à un nouveau type de médecine plus préventive.

Et à ceux qui s’inquiètent de ce genre d’innovation, par exemple, pour des questions de vie privée et de données personnelles, Eric Schmidt, le patron de Google, qui s’est récemment exprimé sur la question, répond  qu’en cas de vie ou de mort, on sera certainement prêt à ingérer par exemple une e-pilule sans se poser de questions.

Aussi pour surveiller la température

Enfin, si vous en voulez plus, sachez qu’une autre start up en Floride travaille sur pilule qui surveille la température interne du corps. Cela pourrait intéresser les sportifs, les soldats, les astronautes ou encore les pompiers pour surveiller que leur corps n’est pas exposé à une trop forte température lors d’une intervention.

Dans le même genre, des e-pilules pourraient également être ingérées pour servir de procéder d’identification. Au lieu d’un mot de passe, facilement piratable, la pilule communiquerait avec votre smartphone. C’est le corps tout entier qui devient un mot de passe.

H2H mobility travaillant sur des objets connectés de type santé réfléchit à mettre en place ce genre de solution permettant de remonter des informations directement à travers sa plateforme H2H Feelsafe. Mais il faut également s’assurer que cela ne va pas à l’encontre de l’éthique et de la protection des individus sur ce qui leur est le plus cher.

pilules

Des pilules connectées au service de la santé

Pour surveiller votre rythme  cardiaque ou toute pathologie particulière, la tendance est de plus en plus aux  capteurs connectés. Bracelets, brassards, patchs… reliés à un smartphone via
une application mobile et même dans certains cas directement avec un centre médical.

Une jeune pousse baptisée Proteus, basée à Redwood, en Californie, est en train de mettre au point un dispositif encore plus élaboré que l’on pensait jusque là réservé aux romans de science  fiction : des pilules intelligentes, électroniques et connectées.

Résistante aux sucs gastriques

Comment ça marche ? La pilule s’avale avec un verre d’eau tout simplement. Elle va ensuite se loger au fond  de l’estomac. Protégée par du cuivre et du magnésium, elle n’est pas digérée
mais elle reste telle quelle. Elle va ensuite envoyer des informations à votre téléphone mobile via un patch collé sur le corps qui assure la communication. La pilule génère sa propre électricité pour fonctionner à partir des acides de l’estomac.

Cela pourrait servir à surveiller les signes vitaux de certains patients ou encore à rappeler à des malades qu’ils n’ont pas pris leurs médicaments, explique Proteus.

pilules