Sécurité à la maison – Quelques conseils

Détecteur de fumée

 

 

Voici quelques mesures importantes à prendre pour contribuer à prévenir les principales blessures dont sont victimes les enfants dans tous les coins de votre maison :

 

Installez un détecteur de fumée à chaque étage de la maison, y compris près des chambres à coucher.

  • Vérifiez-les tous les mois pour vous assurer qu’ils fonctionnent.
  • Changez les piles deux fois par année, lorsque vous changez l’heure, au printemps et à l’automne.
  • Remplacez les détecteurs de plus de dix ans

Réglez le chauffe-eau pour que la température ne dépasse pas 49 °C (120 °F) ou installez un dispositif anti-brûlure sur les robinets. Si vous éprouvez de la difficulté à ajuster la température, communiquez avec votre propriétaire ou votre entreprise de service public locale pour avoir de l’aide.

Entreposez les produits de nettoyage et les autres produits ménagers corrosifs ou toxiques (détergent à lessive ou à vaisselle, agent de blanchiment) en sécurité hors de la vue et de la portée des enfants et loin des aliments.

Enlevez les objets tranchants, cassants ou lourds ou placez-les hors de portée.

Maintenez les portes des escaliers, du sous-sol, des salles de bain et des balcons fermées et verrouillées.

Soyez prudent lorsque vous ouvrez ou fermez une porte et apprenez aux enfants à l’être aussi. Des petits doigts peuvent se prendre facilement dans les portes qu’on referme, et ce type de blessure est particulièrement courant dans les familles où il y a plus d’un enfant.

 

Un duo de médicaments prometteurs contre Alzheimer

Une start-up française obtient une amélioration des performances cognitives en combinant deux molécules déjà connues.

En utilisant la combinaison de deux anciens médicaments connus pour leur innocuité, l’acamprosate et le baclofène, la start-up française Pharnext a pu améliorer les symptômes de la maladie d’Alzheimer aussi bien chez la souris que chez des patients.

Pour contrer la maladie d’Alzheimer, les chercheurs ont pris le parti de limiter les effets toxiques d’un neurotransmetteur, le glutamate, produit en quantité excessive par les neurones en présence du peptide A bêta, petite protéine pathologique liée à la maladie. «Notre approche a ciblé plusieurs protéines dans les neurones et les cellules vasculaires, précise Daniel Cohen, fondateur de Pharnext, car nous voulions modifier leur sensibilité au glutamate.»